Malgré le désistement de VPK, l’espoir demeure pour Chapelle Darblay

Economie

Tandis que se profile la décision du groupe finlandais UPM pour la reprise de la papeterie Chapelle Darblay, l’annonce du retrait de son dossier par le cartonnier belge VPK n’est sans doute pas une bonne nouvelle pour l’usine de Grand-Couronne.

Comme membre de la commission industrielle, engagée dès l’origine pour le sauvetage du site, de ses emplois et de son savoir-faire unique pour la fabrication de papier journal 100% recyclé, je ne peux pas m’en réjouir.

Je le suis en revanche pour l’usine Double A d’Alizay, qui était en difficulté et sur qui VPK a jeté son dévolu. Je lui souhaite un regain d’activité, un nouveau départ, avec d’autant plus de sincérité que malgré le désistement de VPK, tous les espoirs ne sont pas éteints pour Chapelle Darblay, tant s’en faut.

D’autres projets de reprise sont toujours en lice. Et le site pour lequel je me bats sans relâche, peut encore prétendre à un bel avenir avec le recyclage papier, la chaudière biomasse ainsi que la fabrication de produits d’isolation et de papier journal recyclé.

A ce jour rien n’est perdu, même si le temps presse puisque la décision d’UPM est attendue pour la fin du mois de juin.

 

Suivez notre actualité !