Ma reconnaissance et mon soutien aux sauveteurs en mer

Rencontre

Echange avec le président national de la SNSM

Dans quelques mois, la station de Fécamp de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) prendra ses quartiers dans de nouveaux locaux, aujourd’hui en construction sur le port dans l’enceinte de la base de maintenance du futur parc d’éoliennes offshore.

Sur 120 mètres carrés divisés en une partie atelier, une partie administrative et les vestiaires, les vingt-cinq équipiers de la station, tous bénévoles, trouveront des conditions idéales pour se réunir, se former et préparer leurs interventions au secours des usagers de la mer, professionnels, plaisanciers, estivants et véliplanchistes en difficulté.

En moyenne chaque année, sans compter les sorties d’entraînement du premier dimanche du mois, ils procèdent ainsi à une quarantaine d’opérations d’assistance et de secours à bord de leur canot tous temps Cap Fagnet ou de leur embarcation semi-rigide SNS613 Notre-Dame-du-Salut.

Ils le font avec un sens de l’engagement et un courage que j’ai tenu à saluer en tant que députée, ce mercredi 12 mai, à l’occasion de la visite du président national, vice-amiral d’escadre et ancien préfet maritime pour l’Atlantique, Emmanuel de Oliveira, en tournée d’inspection des stations du littoral avant le début de la saison estivale.

Accueilli par le président de la station Rénald Goupil, par le « patron » du Cap Fagnet Jérôme Panchout et par quelques équipiers, il était accompagné par Bertrand Hudault, inspecteur Manche Mer du Nord et Outre-Mer pour la SNSM, et par Philippe Valetoux, délégué pour la Seine-Maritime.

Il y avait dans cette visite une belle occasion d’échanger sur les missions et les besoins de la station de Fécamp, et celle de réaffirmer mon soutien, comme élue du territoire, à ceux qui risquent parfois leur vie pour en sauver d’autres.

Suivez notre actualité !
Rapport ministériel

Gestion du risque des marniéres

Fin septembre, avec le soutien de mes collègues normands, j’attirai l’attention du Ministre de la Transition écologique et solidaire sur la situation préoccupante des marnières en Normandie.

Le Ministre, François de Rugy, a entendu notre demande et il a missionné le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) pour réaliser un état des lieux sur la gestion du risque des marnières. Des pistes d’amélioration des dispositifs en place seront proposées d’ici quelques mois.

L’ensemble des services seront mobilisées pour la réalisation de ce rapport : le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Inéris), le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Céréma), les universités, les sociétés savantes, la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) et les Directions départementales des territoires (DDT) des préfectures.

Suivez notre actualité !