« Génération 2024 » à l’école de Sandouville

Sport et Education

Un idéal et des valeurs à partager

« Dans cette école, nous sommes très investis autour des valeurs du sport et de la pratique sportive », a souligné Sophie Provaux, directrice de l’école Jacques Prévert de Sandouville, à qui j’ai rendu visite ce lundi 10 mai à l’occasion d’une petite cérémonie marquant son engagement dans le projet « Génération 2024 » visant à établir des passerelles entre l’école, dès le plus jeune âge, et le mouvement sportif.

Ce dernier était représenté par Michèle Picard, trésorière-adjointe du Comité Départemental Olympique et Sportif (CDOS), et par Elodie Guénard, cheffe de projet au CDOS, qui a rappelé combien cette école, distinguée en 2019 par le label « Génération 2024 », s’inscrit dans cette démarche.

Cette politique volontariste a été favorisée, il est vrai, par les forts partenariats noués avec les municipalités de Sandouville et d’Oudalle représentées par leurs maires respectifs, Jacques Dellerie et Jean-Michel Argentin.

Avant Denis Merville, tous deux ont mis en exergue l’implication des enseignants dans cette belle cause qui ne forge pas que les corps, mais aussi les esprits, et permet aux élèves de rencontrer d’autres écoliers.

Autant de bénéfices, d’expériences partagées, que je ne peux qu’encourager comme députée d’un département qui a conservé, dans le souvenir du baron Pierre de Coubertin au château de Mirville, près de Bolbec, de forts liens avec l’olympisme.

Comme lui, dans le même esprit, nous devons tous nous attacher à prôner un idéal et des valeurs : celles de l’ouverture, du respect, de l’inclusion et de la lutte contre les discriminations.

 

Pour en savoir plus sur « Génération 2024 » :

https://eduscol.education.fr/929/generation-2024

Suivez notre actualité !
Rapport ministériel

Gestion du risque des marniéres

Fin septembre, avec le soutien de mes collègues normands, j’attirai l’attention du Ministre de la Transition écologique et solidaire sur la situation préoccupante des marnières en Normandie.

Le Ministre, François de Rugy, a entendu notre demande et il a missionné le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) pour réaliser un état des lieux sur la gestion du risque des marnières. Des pistes d’amélioration des dispositifs en place seront proposées d’ici quelques mois.

L’ensemble des services seront mobilisées pour la réalisation de ce rapport : le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Inéris), le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Céréma), les universités, les sociétés savantes, la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) et les Directions départementales des territoires (DDT) des préfectures.

Suivez notre actualité !