En visite à la Croix-Rouge de Fécamp

Solidarité

En première ligne pour les secours et pour l’action sociale

Si la crise sanitaire les a privés d’une partie de leur activité pour cause de suppression des grands événements et rassemblements dont ils assuraient la sécurité, les secouristes de la Croix Rouge de Fécamp ne se sont pour autant pas démobilisés.

Au contraire : outre leurs missions traditionnelles d’assistance et de secours aux personnes et aux biens, de formation aux gestes de premier secours et d’information du public, ils sont allés prêter main forte à leurs collègues de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne confrontés à une hausse considérable de demandes d’interventions auprès de victimes du Covid-19.

Depuis le début de la pandémie, ils ont ainsi assuré une dizaine de gardes en région parisienne, pour une centaine de prises en charge grâce aux deux ambulances dont ils sont dotés et qu’ils ont, grâce à des éléments réalisés à l’aide d’une imprimante 3D, équipés de sas de protection et de kits spécialisés.

C’est cet engagement que j’ai voulu saluer, ce jeudi 29 avril, en me rendant dans leurs locaux de la rue de Rouen à Toussaint, où j’ai été accueillie par la présidente de l’antenne fécampoise Marie-Agnès Fontaine, le directeur de l’urgence et du secourisme Charles Houssaye, des équipiers ainsi que par la responsable de l’action sociale Sabrina Vasse et celui de la ressourcerie Didier Marin.
Car s’ils se mobilisent sur le front des secours et de l’assistance aux victimes en toutes circonstances, les équipiers de la Croix Rouge, tous bénévoles, le font aussi sur le plan social en prodiguant une aide alimentaire, en donnant accès à un vestiaire et une vestiboutique, enfin en collectant, en nettoyant et réparant au besoin des meubles, appareils ménagers, jouets, livres et bibelots qu’ils mettent en vente à très petits prix dans la recyclerie accolée à leur centre d’intervention.
Les objets proposés ont fait l’objet de dons et ils trouvent là l’occasion d’un réemploi, d’une nouvelle vie, ce qui s’inscrit dans une démarche que j’encourage vivement comme secrétaire de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, et rapporteure de la loi Anti-Gaspillage et pour l’économie circulaire (AGEC).
Une loi qui fait la part belle à la solidarité. Celle-ci peut aussi s’exprimer au travers de dons à adresser au siège de la Croix Rouge de Fécamp, 8, rue Paul Bert.

Les dons en numéraire feront l’objet d’un reçu fiscal.