A Saint-Romain-de-Colbosc, le four solaire fait briller l’ingéniosité normande

Energie

Cuire à l'énergie solaire

Mobile et totalement autonome, il peut monter en température jusqu’à 300 degrés et cuire des plats, viennoiseries, ou même torréfier du café en utilisant la seule énergie du soleil.

A Saint-Romain-de-Colbosc, l’entreprise familiale CPM (Chaudronnerie Panchout Muller) vient de développer un four solaire 100% normand puisque tous les éléments qui le composent proviennent, au maximum, de 10 km à la ronde.
L’idée de cette diversification pour cette PME employant 30 personnes et spécialisée en chaudronnerie fine notamment pour les secteurs de l’aéronautique, de l’agroalimentaire, du transport et du paramédical, est née de la rencontre d’Elise et Mike Hauters avec un boulanger de Montville, « ingénieur artisan » comme il se définit lui-même, Arnaud Crétot.

Celui-ci désirait mettre en application le concept de four à concentration solaire découvert lors d’un tour du monde des alternatives énergétiques, pour torréfier des graines et cuire des pains au levain. Une gageure en terre normande où l’astre du jour brille parfois par son absence.

Mais les efforts partagés de l’ancien ingénieur et du bureau d’études de CPM, nourris de l’expertise de la société finlandaise Solar Fire Concentration Ltd, débouchaient sur la création d’un four solaire de 11 mètres carrés et doté de 69 miroirs.
Aujourd’hui, c’est un modèle de 5 mètres carrés pour 48 miroirs, mais transportable car démontable et installé sur une remorque, que développe CPM à destination d’artisans et de commerçants partisans de l’utilisation des énergies renouvelables, ainsi que de personnes n’ayant pas ou difficilement accès à l’énergie parce que résidant dans des zones reculées, des régions montagneuses ou très rurales, des pays en voie de développement ou des zones de conflit.
Encore en phase de développement, avec par exemple la mise au point de dispositifs automatiques d’orientation des miroirs pour suivre la course du soleil, de stabilisation de la température interne, ce four à concentration solaire symbolise tout à la fois le dynamisme des PME normandes et une réelle volonté d’implication dans les énergies renouvelables et la lutte contre le dérèglement climatique.
C’est pour ces deux raisons qu’au titre de secrétaire de la Commission du développement durable et de l’Aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, j’ai tenu à découvrir et encourager cette belle initiative en me rendant sur place, ce vendredi 7 mai.

Le temps de me faire présenter le dispositif et le process d’industrialisation – deux modèles sur remorque sont déjà en service – et les viennoiseries mises au four étaient déjà cuites !

Suivez notre actualité !