Une avancée pour le port de Fécamp et pour son attractivité

Port de Fécamp

Une avancée pour le port de Fécamp et pour son attractivité

Après avoir sollicité le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le port de Fécamp ne fera plus l’objet d’une concurrence déloyale avec les ports de Gand (Belgique) et d’Esbjerg (Danemark).

En effet, le poste d’inspection frontalier (PIF) installé sur le port de Fécamp contrôle l’arrivée des nouvelles marchandises dans l’Union Européenne. Celles-ci doivent être conformes à la réglementation européenne.

Le PIF de Fécamp imposait aux navires de décharger l’intégralité de leur marchandise sur le port de Fécamp afin de procéder aux vérifications. Cela était très préjudiciable pour les entreprises de décharger puis recharger une partie de leur marchandise pour des livraisons dans d’autres territoires. Cela nécessitait l’immobilisation du navire pendant 3 à 4 jours ce qui représente un coût supplémentaire d’environ 50 000 dollars (environ 40 000 euros) pour certaines entreprises. Pour éviter ce déchargement obligatoire, les entreprises préféraient utiliser d’autres PIF, et notamment ceux des ports de Gand (Belgique) et d’Esbjerg (Danemark) qui réalisent une inspection à bord du navire.

J’ai alors alerté le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le Ministère de l’Economie et des Finances, et le Ministère de la Mer. Après plusieurs échanges avec le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie, j’ai obtenu l’autorisation de procéder aux inspections à bord du navire.

Ce changement permettra au Port de Fécamp de bénéficier du dynamisme des activités économiques du territoire ce qui sera bénéfique pour l’ensemble de notre économie locale.

Suivez notre actualité !