Hier matin, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye remettait son très attendu rapport sur la réforme des retraites au Premier ministre, en présence de la ministre des Solidarités et de la santé Agnès Buzyn.

Les propositions de Jean-Paul Delevoye sont issues d’un long travail de concertation citoyenne, de discussion avec les partenaires sociaux. Elles seront soumises au débat, et serviront de base à la concertation  que le gouvernement conduira à la rentrée, destinée à préparer le projet de loi qui sera présenté en 2020.

Ces recommandations dessinent les bases d’un nouveau système, qui se distinguera parce qu’il sera :

  • plus juste, avec les mêmes droits pour tous : 1 € cotisé vaudra la même chose, que vous soyez salarié, fonctionnaire, commerçant, agriculteur, médecin, etc. Les fonctionnaires cotiseront sur leurs primes et auront droit au compte professionnel de prévention, qui permet aux travailleurs exposés à des travaux pénibles de se réorienter ou de partir plus tôt en retraite.
  • plus lisible, grâce à un indicateur constitué de points, dont le cumul sera consultable à tout moment et permettra de décider quand partir à la retraite.
  • plus solidaire : cette acquisition de points se poursuivra quels que soient les aléas de la vie du salarié, du fonctionnaire ou de l’indépendant (congé maladie, congé maternité, chômage indemnisé). Une pension minimale d’au moins 1000 € par mois sera versée aux personnes ayant travaillé toute leur vie. Surtout, les femmes et les actifs modestes sont les grands gagnants de la réforme.
  • plus équilibré financièrement, tout en demeurant soutenable pour les jeunes générations. Il devra être à l’équilibre en 2025 au moment de la mise en œuvre du nouveau système universel.
  • universel, remplaçant les 42 régimes existants, régis jusqu’à présent selon des règles différentes. Les régimes spéciaux seront supprimés.

Bien entendu, les droits acquis avant l’entrée en vigueur de la réforme seront repris à 100 %. L’entrée en vigueur se fera a minima d’ici 5 années et la mise en oeuvre de cette réforme est prévue sur 15 ans.

Le départ à la retraite pourra se faire à 62 ans et le dispositif de « taux plein », assorti d’une décote et d’une surcote sera maintenu. Jean-Paul Delevoye recommande un âge du taux plein identique pour tous, et fixé à 64 ans, mais certaines catégories de travailleurs pourront partir de manière anticipée : ceux ayant exercé un métier pénible ou des fonctions dangereuses dans le cadre de missions régaliennes, ceux ayant commencé à travailler tôt, de même que les personnes invalides et handicapées.