Organisation des premières assises de la petite hydroélectricité et de la biodiversité

By 31/10/2019 novembre 6th, 2019 Assemblée Nationale
Transition écologique

Organisation des premières assises de la petite hydroélectricité et de la biodiversité

J’ai organisé les premières assises de la petite hydroélectricité et de la biodiversité pour engager à l’échelle nationale le débat sur  la production d’une petite hydroélectricité respectueuse de l’environnement.
Convaincue que la transition énergétique doit promouvoir l’ensemble des modes de production d’énergie décarbonée, je souhaite engager à l’échelle nationale le débat d’une la production d’une petite hydroélectricité respectueuse de l’environnement.

Ces assises rassemblent l’ensemble des acteurs du secteur de la petite hydroélectricité et de la biodiversité, PdG, experts, présidents de syndicats, inventeurs et entrepreneurs, afin d’explorer les vertus et approfondir la connaissance de ce mode millénaire de production d’énergie qui présente nombre d’avantages, liés à son caractère renouvelable et à ses dimensions réduites.

Adressant quinze sujets complémentaires, ce colloque vise à donner une vision globale de la portée de la petite hydroélectricité dans nos territoires. à mettre en avant les acteurs composant cette filière industrielle, à expliquer les freins à son développement, et à souligner les leviers pour une conciliation, notamment entre petite hydroélectricité et continuité écologique.

La petite hydroélectricité fait référence à une très grande variété d’ouvrages, des petites centrales produisant quelques kilowatt aux usines hydroélectriques produisant jusqu’à 10 MW de puissance.

Son exploitation soulève d’importants enjeux concernant la défense et la valorisation économique du patrimoine.
L’hydroélectricité contribue à hauteur de 13 % au mix électrique actuel de la France. Elle est ainsi la première source d’énergie renouvelable française sur notre territoire.

La petite hydroélectricité est un mode de production d’énergie essentiellement rural qui génère plus de 20 000 emplois directs, indirects et induits. Son exploitation par les collectivités ou acteurs privés encourage une consommation de proximité, en favorisant l’auto-consommation individuelle ou collective.

Cette réflexion collective devrait déboucher dans les prochains mois sur l’élaboration d’une proposition de loi visant à promouvoir la petite hydroélectricité comme mode de production d’énergie décarbonée.

Suivez notre actualité !