Chapelle Darblay, un sentiment d’immense gâchis

By 05/07/2021 août 2nd, 2021 Actualités nationales
Industrie

"un sentiment d’immense gâchis"

C’est un sentiment d’immense gâchis, compte tenu des potentialités du site, qui prédomine chez moi aujourd’hui. En faisant le choix du projet visant à transformer la papeterie Chapelle Darblay de Grand-Couronne en unité de production d’hydrogène, le groupe finlandais UPM vient de porter un rude coup à la filière française de recyclage du papier, et de réduire considérablement l’offre d’emplois susceptibles d’être proposés sur le site.

Je ne peux évidemment que le regretter : engagée dès les premiers jours dans le sauvetage de cet outil industriel unique en France, qui recyclait les déchets de papier de 24 millions d’habitants du Nord-Ouest du pays et produisait annuellement 250 000 tonnes de papier journal recyclé, je veux rappeler que pas moins de 150 emplois, sur les 228 supprimés, pouvaient être sauvés par un autre candidat à la reprise.

Celui-ci, de surcroît, lui conservait sa vocation première d’acteur du recyclage et de la préservation de la ressource.
Hélas, avec la disparition de la papeterie, ces emplois seront délocalisés hors de France.

Au-delà, le transport vers l’étranger et le traitement des tonnes de papier triés par nos concitoyens, généreront des coûts tant pour l’environnement que pour les collectivités. Drôle de manière de remercier tous ceux à qui on a demandé de pratiquer le tri, et qui ont pris conscience de la nécessité d’économiser la ressource par une attitude responsable et un attachement marqué au développement de l’économie circulaire.

Suivez notre actualité !